Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 09:18

Pour toute l’eau de l’Univers

20080701_AlainC_38.jpgÀ en croire les communiqués et les conférences de presse récentes, l’eau est à l’Univers ce que l’or est à la Terre : rare, précieuse et objet de convoitises. Elle serait recherchée par les astronomes pour ce qu’elle laisserait tout naturellement supposer : s’il y a de l’eau, c’est que la vie ne peut pas être très loin. Et certains n’hésitent pas à franchir allègrement ce pas en présentant le précieux liquide comme l’indice évident d’un habitat potentiel où une activité biologique reste… à découvrir.

Et ces territoires-là ne manquent pas. Dans le Système solaire, ce sont certains satellites des planètes géantes — Europe, Ganymède, Encelade, etc. —, dont on imagine un océan prisonnier sous plusieurs kilomètres de croûte de glace. L’atmosphère de Vénus, où l’eau est sous forme de gaz. Et, bien évidemment, Mars, où de multiples structures à sa surface semblent témoigner d’anciens écoulements d’eau en grande quantité, suggérant un temps que les basses plaines martiennes étaient autrefois recouvertes d’un océan.

La sonde européenne Mars Express identifiera certes de la glace aux calottes polaires, mais constatera également qu’en l’absence de détection de carbonates à grande échelle, de vastes étendues d’eau liquide n’ont pas pu exister bien longtemps ailleurs.

Si la planète rouge a connu une période d’habitabilité, rendue possible par la présence de l’élément liquide, cela remonte à plus de 4 milliards d’années !

À des années-lumière de notre banlieue solaire, la traque de l’eau passe par les nouvelles exoplanètes. En particulier par les “super-Terre”, dont une grande part des modèles autorisent la possibilité de planètes océans ou, du moins, de corps sur lesquels l’eau — comme sur notre planète — connaîtrait ses trois états physiques possibles : liquide, solide et gazeux.

Cette eau, comme le démontre notre dossier, est en réalité une molécule très abondante dans l’Univers. On la trouve dans les atmosphères d’étoiles et dans le milieu interstellaire. Les principaux réservoirs sont même nichés au sein des nuages moléculaires, là où les grains de poussière servent de support à la formation de glace.

Mais l’attrait irrésistible de la quête de ces sources tient à une propriété essentielle de la molécule H2O : elle est ce solvant efficace qui, sur Terre, a sans doute permis aux briques de la vie de s’organiser, puis de se développer pendant des millions d’années.

Sans eau, pas de vie, mais l’eau est-elle pour autant la vie ? Non, évidemment… Mais le raccourci séduit les médias, le public et les hommes politiques. Du moins aux États-Unis, là où se décide l’essentiel des budgets consacrés à l’exploration scientifique de l’Univers. L’annonce de la découverte du précieux liquide sur la Lune en est une magnifique  démonstration. Qui nous rappelle, une fois encore, combien la situation de la Terre est inédite. Et toujours unique.

 

Alain Cirou

Directeur de la rédaction


ciel-et-espace-477.jpgOn peut télécharger le magazine numérique sur le kiosque relay.fr (version payante) ou commander la version papier ou la version numérique en PDF.

A lire aussi, le hors série du moment :

Origines, comment tout a commencé

Et n'oubliez pas : plus de 300 podcasts audio vous sont proposés en ligne sur www.cieletespaceradio.fr

 

Share
Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 16:35
La réponse de Demeter, en deux podcasts audio avec Michel Parrot, chercheur au laboratoire de physique et de chimie de l’environnement à Orléans, responsable scientifique de la mission Demeter.

Y-a-t-il des signes avant-coureurs des séismes, dont la signature dans la haute atmosphère terrestre soit détectable depuis l’espace ?

C’est pour répondre à cette question que le petit satellite expérimental du Cnes a été lancé en juin 2004. Pour le responsable scientifique de la mission Demeter – du nom de la déesse grecque de l’agriculture – la preuve est faite « statistiquement » qu’avant et après un séisme le satellite observe des perturbations électromagnétiques dans l’ionosphère.

Des résultats controversés qui attirent l’attention sur cette région de l’espace utilisée par les militaires pour communiquer à grande distance avec les sous-marins. Une zone sensible, soumise, au-dessus, à l’influence de la magnétosphère qui lui envoie des particules solaires lors des éruptions de l’astre du jour et, en dessous, à l’influence des vents de très haute altitude et des orages.

Un enjeu stratégique pour les communications et la localisation.

Episode 1
Episode 2


Pour en savoir plus :

Peut-on prévoir les séismes depuis l’espace? La réponse de Demeter, Ciel & Espace n°444, mai 2007

www.cnes.fr/demeter

http://smsc.cnes.fr/DEMETER/Fr/ (site des missions scientifiques du CNES)

Les nouvelles du dernier séisme, celui de Haïti peuvent être, elles, suivies sur dipity.



Share
Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 16:56

Podcast audio en deux épisodes avec Christophe Lasseur, chef du projet « Mélissa » à l'Agence spatiale européenne.

C'est un vieux rêve de science fiction : sur la Lune ou sur Mars, pour se détendre, rêver et surtout, contribuer à alimenter l'équipage d'une base isolée, les astronautes adorent se retrouver sous la serre ! Là poussent tomates, riz et radis mais aussi blé, carottes et soja.

Le tout fonctionne en boucle : un bioréacteur utilise des déchets végétaux, recycle ceux de l'équipage, et alimente les plantes en nutriments. Mieux encore, par photosynthèse, avec quelques centaines de mètres carrés de serre, l'équipage est autosuffisant en oxygène ! Alors, rêve ou réalité future ?

Comment reconstituer dans un espace réduit et clos, sous conditions contrôlées et avec des constantes de temps très rapides, le cycle de la matière tel qu'il existe sur Terre ?

Pour relever ce défi des ingénieurs et scientifiques européens ont entrepris de réaliser un écosystème clos artificiel faisant appel à des micro-organismes. Le projet MELISSA, dont l'objectif théorique est de nourrir les astronautes tout en recyclant l'air, est une formidable plongée dans la complexité des processus naturel. Dont la Terre est, évidemment, le plus bel exemple.

Episode 1

Episode 2

 

Voir aussi la fiche pédagogique de l’esa :

Les écosystèmes clos artificiels. Maintien en vie du cosmonaute dans l’espace.

 

Share
Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 16:23
Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 16:33

Podcast audio en deux épisodes avec André Gattolin, Maître de conférence associé à Paris 3, spécialiste des sciences de l’information.

andre-gattolin.jpg2012 et Niribu, faux cratère d’impact, Mars aussi grosse que la Lune, ou encore cette rumeur tenace « ils n’ont jamais marché sur la Lune »

Ces derniers mois, aucune fausse information céleste ne nous aura été épargnée. Véhiculés surtout par internet, ces canulars, - Hoax en langue anglaise – sont pris au sérieux par une partie de la population peu familiarisée avec l’astronomie.

D’où viennent les canulars et autres intox ? Quelle est leur histoire et à quoi servent-ils ? Pourquoi les scientifiques, eux même, les utilisent-ils ? Comment les reconnaître ?
Qu’il s’agisse de se moquer de la crédulité des hommes ou, au contraire, d’éveiller leur esprit critique, canulars, rumeurs et manipulations sont aussi de bien curieuses histoires qui racontent… le faux en science.

 

Episode 1

Episode 2

N'hésitez pas à poster vos commentaires.

A lire, le numéro de Ciel & Espace, L'INTOX, comment on manipule le ciel.

Repost 0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 06:06

L'étoile de Noël, podcast ausio avec Denis Savoie, directeur du planétarium et du département astronomie-astrophysique du Palais de la Découverte à Paris, historien de l'astronomie.

 

3112412690_4d19a2ab56.jpgMythe ou réalité ?

Miracle ou phénomène astronomique expliqué ?

L’Etoile de Noël a guidé les pas des mages vers l’enfant Jésus, un anniversaire qui interroge des générations d’astronomes et d’historiens depuis des siècles.

Retour aux sources de la nativité en remontant la grande horloge de la mécanique céleste.

Ecouter

 

 

 

Photo : Flickr

 


Share
Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 09:09

20080701_AlainC_38.jpgNous avons bien ri quand on nous a présenté des photos de cratères, sis sur la face cachée de la Lune et sur lesquels nous étions censés deviner des bases et des pistes d’atterrissage pour astronefs extraterrestres. Ces documents papier, en noir et blanc, étaient flous, pixellisés, mais les auteurs de l’envoi avaient souligné les ombres au feutre rouge pour marquer leurs intentions. Depuis longtemps, expliquaient-ils, “on” nous espionne et une partie de nos gouvernants (évidemment les mieux informés) sont en contact avec ces visiteurs mais nous le cachent. La preuve ? Ces photos exfiltrées de la censure…

Nous nous sommes encore bien amusés avec le “visage sur Mars” et, tout près de ce troublant artefact, les “pyramides du complexe de Cydonia”, de curieuses structures coniques à base polygonale. Ses découvreurs, qui se disent spécialistes de l’archéologie extraterrestre (!), mirent au jour sur des photos de Mars une ville constituée de plusieurs édifices et d’une place centrale, sur laquelle étaient érigés quatre petits monuments, le tout ceint d’une épaisse muraille. Nous fûmes presque déçus quand la caméra de la sonde Mars Global Surveyor révéla qu’il ne s’agissait que d’une colline fortement érodée, dont les ombres portées avaient enflammé les imaginations.

Nous avons été intrigués quand un célèbre couturier parisien prédit la chute de la station spatiale Mir sur Paris, le 11 août 1999, au moment même où l’ombre du Soleil noir plongerait une partie de notre territoire dans l’obscurité. Bluffés même, quand prit corps la rumeur que l’homme n’avait jamais marché sur la Lune. Que toute cette aventure n’était que montage et fabuleuse escroquerie. La nature des “preuves” avait de quoi faire sourire : des ombres portées trahissant, paraît-il, un éclairage de studio ; des reflets dans les lentilles des caméras signant, à coup sûr, une manipulation de haut vol. Peu importe que des centaines de kilos d’échantillons du sol lunaire dorment encore dans les laboratoires de Houston, que près d’un million d’Américains aient assisté, sur place, au lancement de la fusée Saturne 5. L’histoire était trop fausse pour être belle.

Bref, ce que nous ignorions, et qui a motivé notre dossier de ce mois, c’est que ces canulars, rumeurs et manipulations — ces “hoax” dans la langue anglo-saxonne — ont une histoire et un bel avenir. Une raison d’être dans une société qui s’inquiète de son futur, moque sa course au progrès ou s’empare de ses outils de communication pour en détourner le sens. Ainsi, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, les fabuleuses applications de la physique quantique — radios, télés, Internet — annoncent à la vitesse de la lumière les dernières rumeurs de la fin du monde et battent en cœur le tam-tam de la peur.

Amis de Ciel & Espace, dans ce monde-là, le temps de la lecture et de la réflexion est sans aucun doute votre arche de Noé. Avec un gros clin d’œil complice, les équipes de la rédaction et de l’Association française d’astronomie vous souhaitent une excellente année 2010 !

 

On peut télécharger le magazine numérique sur le kiosque relay.fr (version payante) ou commander la version papier ou la version numérique en PDF.

A lire aussi, le hors série du moment :

Origines, comment tout a commencé

 

Share
Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 10:36

mars_planete_bleue.jpgPodcast audio en trois parties avec Jean-Pierre Bibring, astrophysicien à l’IAS, professeur de physique à l’Université Paris-Sud.

 

Mars et la Terre auraient pu suivre des évolutions semblables.

On en décèle de nombreux traits communs : l’eau a coulé ; des volcans ont craché leurs laves ; des vents ont transporté du sable et érodé les reliefs… Pourtant, aujourd’hui, Mars est un désert aride, géologiquement mort, alors que la Terre est toujours active, recouverte d’océans et abrite partout la vie.

Mars et la Terre ont-elles eu un passé semblable ?

Quelles sont les raisons de la divergence de leurs évolutions ?

La bifurcation des sentiers évolutifs s’est-elle produite après que la vie est apparue sur Mars ?

Toutes ces questions sont au cœur de l’ouvrage « Mars, planète bleue » que Jean-Pierre Bibring, responsable de plusieurs programmes d’exploration spatiales, consacre à la planète rouge.

Au moment ou la question de l’apparition de la vie se pose en termes inédits, où sur Terre, le climat de notre planète risque de basculer dans l’inconnu, déchiffrer l’histoire de celle qui fut une seconde « planète bleue » est un défi fantastique qui est en train d’être relevé.

 

Episode 1

Episode 2

Episode 3

 

A lire : Mars Planète bleue ? de Jean-Pierre Bibring - préface de Hubert Reeves - éd. Odile Jacob - 2009

 

Share
Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 17:19
Les leçons de l’astronome

Podcasts audio à suivre sur www.cieletespaceradio.fr

Leçon n°7. Supernovae, étoiles à neutrons et trous noirs, avec Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA

Ecouter


Que faut-il savoir en astronomie pour apprécier les dernières nouvelles de l’Univers ?

Quelles connaissances sont nécessaires pour évoluer, telle une planète sur une bonne orbite, dans le monde des étoiles, des nébuleuses et des galaxies lointaines ?

Pour permettre à tous ceux qui ne sont pas astrophysiciens et cosmologistes, ou même, pour « l’honnête Homme du 21ème siècle » qui souhaite se forger sa propre culture générale sans être scientifique, nous avons imaginé ces « leçons de l’astronome ».

Des centaines de questions-réponses, une dizaine d’émissions à collectionner sur ce premier thème de… l’étoile !

En compagnie de l’astrophysicien Roland Lehoucq, une plongée au cœur de l’intimité des mécanismes stellaires, de leur origine, à leur destin.

Ecouter les autres leçons.


A lire en ce moment, Origines. Comment tout a commencé.


Share
Repost 0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 06:18

Jeudi 10 décembre 2009

Intervenants : Roland Lehoucq (astrophysicien AIM), Julien Solé (dessinateur du magazine mensuel Fluide Glacial).

Débat dans le cadre du cycle de rencontres organisé par l'Université Paris Diderot en partenariat avec Ciel & Espace,  animé par David Fossé, journaliste scientifique (Ciel & Espace).


L'astrophysique est souvent à l'origine de thèmes et de sujets de science-fiction ; elle inspire artistes, cinéastes, peintres et dessinateurs de bande dessinée. Pour comprendre comment fonctionne cette inspiration, nous organisons une rencontre entre un astrophysicien, fan de science-fiction, et un dessinateur, amateur de bonne science.


Ecoutez aussi le podcast De la Science dans les bulles avec Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA.

Qu'il soit bon ou méchant le scientifique est un personnage de bande-dessinée souvent caricaturé, vulgarisé ou fantasmé.

Qu'en est-il par exemple de la cohérence des découvertes et inventions imaginées par Hergé au travers des professeurs Calys et Tournesol ?

Passionné avant tout, Roland Lehoucq nous emmène en voyage dans cet univers fictionnel, décodant pour nous cet imaginaire qui tend parfois vers un réalisme étonnant.

 

Lire le billet de présentation du cycle de rencontres.


Share
Repost 0
Ciel & Espace - dans Echos
commenter cet article

Sur Ce Blog

  • : Le blog événements du magazine Ciel & Espace
  • : Le blog événements de Ciel & Espace propose toutes les informations relatives aux événements et manifestations organisées ou relayées par le magazine, particulièrement nombreuses à l'occasion de l'Année mondiale de l'astronomie. On y trouve aussi les nouveautés du magazine et les annonces des podcasts diffusés sur la webradio www.cieletespaceradio.fr ainsi que les bonnes adresses sur le sujet.
  • Contact

Ciel et Espace

 


Revue indépendante éditée par l'Association française d'astronomie, reconnue d'utilité publique


Version numérique
Le sommaire
Je m'abonne
Newsletter
Webradio
Qui sommes-nous ?
Nous contacter



Lire sur mobile ou sur iPhone

Recherche

Buzz buzz buzz

Rejoignez-nous sur facebook





Rubriques